arjel

Réunions du Vendredi 15 février 2019 – Avec des spécialistes du parcours cagnois…

Direction la Côte d’Azur et plus précisément l’hippodrome de Cagnes-sur-Mer (R-1) pour la réunion principale de ce vendredi 15 février 2019. Dans l’épreuve d’ouverture, le Prix de Barcelone (1ere course), les 8-ans BABY LOU MAX, qui évoluera sur un tracé sur lequel il s’est déjà imposé à seize reprises (!!), et BAHIA QUESNOT, la plus argentée du peloton, semblent en mesure de se tailler la part du lion.

Dans le Prix de Setubal (4e course), DIAMANT DU RABUTIN présente de solides garanties, lui qui vient de fournir le facile mais platonique vainqueur d’une épreuve de même facture, sur le parcours qui nous intéresse, celui des 2.925 mètres. Attention également au 4-ans FABULEUX HONEY (6e course), qui possède en 1’16 »8, la meilleure réduction kilométrique du peloton sur le tracé cagnois proposé.

A Chantilly (R-2), NIMR (1ere course), qui reste sur une victoire à ce niveau, et sur cette même P.S.F cantilienne, CAVAPRUN (2e course), performant sur le sable, et le 3-ans MAJDI (4e course), proche de sa course, disposent d’une excellente carte à jouer.

Le Quinté du jour

Le Prix de Barcelone, quinté de ce vendredi à Cagnes-sur-Mer, a réuni seize chevaux d’âge. Récent lauréat sur le tracé proposé, BABY LOU MAX s’y présente avec de légitimes ambitions, même s’il lui faudra redouter sa contemporaine, BAHIA QUESNOT, de retour sur l’anneau azuréen après sa prestation infructueuse dans le Grand Prix d’Amérique.

Gagnants

15 BABY LOU MAX : Il est dans son jardin à Cagnes-sur-Mer. La preuve : Il compte déjà seize succès sur le tracé qui nous intéresse. Au mieux et aligné pieds nus, il ne devrait pas décevoir.

Conseil de jeu : 15e G/P

16 BAHIA QUESNOT : Elle a pris part au Grand Prix d’Amérique, fin janvier, après sa séduisante deuxième place acquise dans le Prix de Belgique. Retrouvant la piste de son dernier succès, elle fait partie des choix prioritaires de cette course.

Conseil de jeu : 15e P

Spéculatifs

5 BALDI STAR : Sa place de 2e obtenue en début de mois sur ce parcours, où il dominait cinq de ses rivaux du jour, plaide en sa faveur. Une confirmation est ici attendue.

8 BALZAC DE L’ITON : Sa dernière sortie publique s’est soldée par une 3e place sur le tracé proposé. Bien situé au premier échelon, il comptera de logiques preneurs.

Impasses

1 AIR DE MARNE : Il reste sur des échecs et se présentera ferré. Dans ces conditions, pas facile d’y croire !

10 ATHENA DES RAVAUX : Elle vient d’échouer en pareille société, et n’est pas bien située au deuxième échelon de départ. On écarte.

Les paris Quinté du jour

QuintéBases : 15-16. Champ réduit : 5-8-6-13-2-3-4
Couplé5-8-15-16

Le chiffre du jour

16

BABY LOU MAX (115 – R-1 à Cagnes-sur-Mer)

Seize des dix-neuf victoires qui figurent au palmarès de ce fils de Gazouillis ont été obtenus sur le tracé cagnois qui nous intéresse, celui des 2.925 mètres. Revenu au mieux, il devrait logiquement répéter.

L’info du jour

DIAMANT DU RABUTIN (415 – R-1 à Cagnes-sur-Mer)

Il s’est imposé avec aisance, le 5 janvier sur ce parcours cagnois, avant d’être sévèrement disqualifié après enquête (jugé coupable d’une gêne). Il trouve une belle occasion d’obtenir une compensation dans le Prix de Setubal.

CAVAPRUN (203 – R-2 à Chantilly)

Ce 5-ans est en forme et apprécie le sable. Déjà lauréat sur la P.S.F de Chantilly, il s’aligne au départ du Prix de Lassy avec de solides prétentions.

Le Pro du jour

BOGOTA D’HERFRAIE (118) est la plus argentée du Prix Renault Scauto Saint-Lô, vendredi à  Graignes (R-4). Son entraîneur Patrick Martin évoque sa candidature :

Patrick, que doit-on penser de votre protégée ?

La jument n’a pas eu le rendement escompté au premier semestre 2018. Elle a recouvré ses sensations au cours de l’été, se classant notamment 2e d’un quinté, à Cabourg avant d’alterner le bien et le moins bien. Lors de sa dernière sortie, à Angers, elle est partie lentement et s’est retrouvée trop loin des premières pour espérer un meilleur classement. Au travail, elle me donne satisfaction.

Lui trouvez-vous des défauts ?

Sachez que le départ n’a jamais été sa tasse de thé. Ce n’est pas trop une « débouleuse ». En outre, elle doit impérativement courir cachée. Il faut en effet lui masquer l’effort jusqu’à 300-400 mètres de l’arrivée, ce qui comporte parfois des aléas.

Qu’en attendez-vous, vendredi à Graignes ?

Un bon comportement… Certes, à Graignes, il n’est jamais aisé de rendre la distance. A fortiori avec une jument comme elle qui doit courir en embuscade. Cela dit, elle aura pour elle sa tenue. Par ailleurs, la jument a de bons pieds et sera déferrée des postérieurs. L’engagement aux gains est intéressant. Il n’y a pas de 6-ans dans l’épreuve. A la faveur d’un bon déroulement de course, elle devrait finir vite. Une place me semble dans ses cordes.