arjel

Réunions du Dimanche 24 janvier 2021 – Grand Prix de Cornulier 2021. L’heure du sacre !

A une semaine du très attendu Grand Prix d’Amérique, l’hippodrome de Paris-Vincennes (R-1) sacrera, en ce dimanche 24 janvier 2021, le meilleur trotteur monté du moment, à l’occasion du Grand Prix de Cornulier (Gr.I – 4e course). Une compétition qui  s’annonce aussi ouverte que passionnante et qui servira de support aux paris à la carte.

Dans le Prix Camille de Wazières (Gr.II – 2e course), le doué HELITLOPET semble en mesure signer une nouvelle victoire sous la selle, d’autant qu’il sera déferré des quatre pieds pour la première fois de sa carrière. HEROS DE FLEUR, quatrième du Prix de Vincennes (Gr.I), fin décembre, derrière lui, tentera de l’inquiéter davantage. Quant aux compagnons d’entraînement HUDSON VEDAQUAIS, qui retrouve le tracé des 2.175m Grande Piste, celui-là même sur lequel il a fait sien le Prix d’Essai, en juin 2020, et HODAKE DEDAQUAIS, nouveau venu ambitieux au trot monté, ils méritent également une mention favorable.

Dans le Prix Roxane Griff (6e course), les juments EGERIE DE BANVILLE, laquelle évoluera pieds nus et possède des références sur le parcours proposé, FRANCE BRESIL, un moment envisagée pour courir le Prix de Cornulier, C.D., nouvelle venue ambitieuse sous la selle, semblent en mesure de se tailler la part du lion.

Le Quinté du jour

Estampillé Gr.I, le Prix de Cornulier a été retenu pour le quinté et ses dérivés, dimanche, à Vincennes. Les 6-ans FADO DU CHENE et FLAMME DU GOUTIER semblent en mesure de s’expliquer pour la palme même si leur cadette GLADYS DES PLAINES a de sérieux arguments à faire valoir.

Gagnants

5 FLAMME DU GOUTIER : Elle a fait sien le Prix de Normandie (Gr.I), courant septembre, et a pris dans la foulée la 2e place du Prix des Elites (Gr.I), le 27 septembre. De quoi lui valoir de logiques supporters.

Conseil de jeu : 10e G-P

16 FADO DU CHENE : C’est un triple lauréat de Grs.I (St Léger des Trotteurs, Prix d’Essai et Prix de Vincennes). Lauréat du Prix Joseph Lefosse, début décembre sur ce tracé, et vainqueur depuis du Prix du Calvados (Gr.II), devant plusieurs de ses rivaux du jour, il devrait logiquement répéter.

Conseil de jeu : 10e P

Spéculatifs

8 GLADYS DES PLAINES : Elle n’a pas connu la défaite en quatre prestations cet hiver, sous la selle. Elle défie ici ses aînés avec de solides ambitions.

13 ETONNANT : Il s’est rapidement montré fautif dans la précédente édition de ce Prix de Cornulier. Arrivant au mieux pour ce rendez-vous, ce trotteur dur à l’effort devrait lutter pour les premières places.

15 ETOILE DE BRUYERE  : Elle n’a plus à faire ses preuves en pareille société. Elle a d’ailleurs pris la deuxième place de cette course l’an dernier, derrière le grand absent Bilibili. Obligé d’y croire.

Impasses

2 GALACTICA : Cette jument scandinave n’aura pas une tâche aisée dans ce classique. Sans nous.

6 CREPE DE SATIN : Sa présente à l’arrivée constituerait une surprise. L’impasse est tentante.

Les paris Quinté du jour

Quinté5-16-8-13-15-17-11-18
Couplé5-8-13-16

Le chiffre du jour

1’11 »6

EGERIE DE BANVILLE (602 – R-1 à Vincennes)

Elle possède, en 1’11 »6, la meilleure réduction kilométrique du peloton sur ce parcours des 2.175 mètres Grande Piste. Dès lors, elle mérite crédit dans le Prix Roxane Griff.

L’info du jour

HELITLOPET (208 – R-1 à Vincennes)

En quatre sorties sous la selle, cet hiver, il a signé une place de 2e, fin novembre, avant de gagner trois courses, dont le Prix de Vincennes (Gr.I), fin décembre. Déjà vainqueur sur le tracé proposé, et présenté pieds nus, il s’annonce redoutable dans le Prix Camille de Wazières.

HAPPY DE REVE (601 – R-3 à Pau)

Ses débuts  sur les obstacles se sont soldés par une encourageante 2e place, en début de mois sur le parcours palois proposé, celui des 3.500 mètres. Bon sauteur, il devrait logiquement confirmer dans le Prix Al Capone II.

Le Pro du jour

Richard Westerink alignera ETONNANT (413) dans le Prix de Cornulier, dimanche à Vincennes. Voici ses impressions.

Richard, pouvez-vous nous présenter votre pensionnaire ?

C’est un cheval avec un gros moteur, doté d’un  modèle imposant. Avec sa grande « carcasse », il avait surtout besoin de prendre de la force. Au fil des mois, et des courses, il a également pris de la maturité. Il lui arrive encore de se contracter dans les autres chevaux mais Anthony Barrier le connaît bien désormais et sa position à cheval convient au cheval.

Comment s’est déroulée sa préparation ?

Parfaitement. Nous n’avons pas été contrariés par la conditions météorologiques. Avec son physique important, il lui faut du temps de récupération, comme son père d’ailleurs. Il a bien gagné dans un Gr.III, le mois dernier, et, il m’a bien plu, à l’attelé dans le Prix de Bourgogne, début janvier. Depuis, il s’est exercé comme souhaité au sulky. C’est un cheval généreux au travail. D’ailleurs, pour cette raison, j’ai modifié sa façon de travailler cet hiver. Auparavant, il s’exerçait tous les deux, trois jours. Désormais, il travaille tout les quatre jours.

Ou vous sent confiant…

Oui. Je pense qu’il est au mieux pour ce rendez-vous. D’autre part, contrairement aux deux hivers précédents, il a un jockey attitré. C’est un avantage car il faut le connaître. Le cheval aura également pour lui son expérience car il a participé aux deux précédentes éditions de ce Prix de Cornulier. Cette année, avec l’absence de Bilibili, nous sommes plusieurs à pouvoir espérer la victoire. Le mien fait partie de ceux-là.